Ponts en bois

Ponts en bois

Divers ponts peuvent être construits en bois, y compris pour les transports terrestres lourds. L’installation des ponts en bois préfabriqués se fait rapidement, ce qui diminue les effets nuisibles de la construction sur les flux de trafic. Les ponts en bois ont une excellente durabilité à long terme et de bas coûts d’entretien et de réparation.
 
La légèreté et la résistance sont des avantages du bois dans la construction des ponts. L’emploi du bois lamellé-collé au lieu du bois massif permet de fabriquer des supports en bois de grandes dimen-sions.
 
Grâce à leur légèreté et leur résistance, les ponts en bois peuvent être préfabriqués, transportés et montés sous forme d’éléments tout prêts. La technique de raccordement simple accélère le mon-tage des éléments. Un pont en bois peut être muni d’une couche d’imperméabilisation et du revê-tement de la surface immédiatement après son montage.
 
Le montage est possible même dans des lieux difficiles, car le tablier du pont en bois peut être mon-té en une seule pièce. Le haut degré de préfabrication et la technique d’assemblage sèche facilitent la construction des ponts en bois en hiver.
 
Conformément aux études et expériences faites dans d’autres pays, les ponts en bois sont très com-pétitifs du point de vue des coûts de construction et du cycle de vie. De plus, le bois est un matériau renouvelable et d’origine finlandaise. Pendant sa croissance, le bois absorbe le dioxyde de carbone et fait fonction de puits de carbone.
 
La construction des ponts en bois pourrait facilement être multipliée par plus de dix en Finlande. Elle est beaucoup plus répandue par exemple en Suède et en Norvège. Parmi les ponts construits chaque année, environ 10 % sont en bois en Norvège et environ 20 % le sont en Suède.
 
584 ponts ont été bâtis en Finlande entre 2010 et 2014, dont 17 étaient en bois. La part des ponts en bois sur tous les ponts routiers est de 4 %. Le nombre total des ponts en bois s’élève à environ 900 en Finlande, le nombre total des ponts étant de 20 000.
 
Le secteur public donne l’exemple en Norvège
 
140 à 160 nouveaux ponts sont construits chaque année en Norvège. Environ 10 % en sont en bois. Il existe en Norvège, depuis une vingtaine d’années, un grand désir pour mettre au point et promou-voir les ponts en bois. Le secteur public donne l’exemple et améliore par la même occasion l’offre et la compétitivité relatives à la construction de ponts.
 
La Norvège est un « pays du bois ». L’utilisation du bois à une grande importance sur l’économie régionale et l’emploi. Les possibilités d’exportation sont également un facteur considérable. L’esthétique et la renouvelabilité du bois ainsi que les questions environnementales relatives à la construction encouragent à utiliser le bois. Dans des ponts en bois, une solution architectonique-ment simple est considérée intéressante.
 
La nouvelle vague des ponts en bois est due à un projet de recherche-développement nordique. Les petits ponts en bois sont en général standardisés et les grands individuels. Le tablier du pont est généralement en planches et tendu à l’avance. L’acier est utilisé dans les joints, les tiges de traction et les garde-corps. La compétitivité des ponts en bois est bonne, en particulier dans des solutions de base. Les ponts en bois ont été bien accueillis dans les appels d’offres.
 
La durabilité des ponts en bois s’est montrée excellente. Lorsque des problèmes ont surgi, on a gé-néralement trouvé avec précision leur cause et on a pu facilement réparer le dégât. En Norvège, la créosote et la protection mécanique sont employées pour protéger le bois. Le pont en bois le plus long est actuellement de 70 mètres, mais des ponts mesurant jusqu’à 140 mètres pourraient facile-ment être construits en bois. Les gens sont en général très contents des ponts en bois en Norvège.
 
La part de marché des ponts en bois est en forte croissance en Suède
 
En Suède, la part du marché des ponts en bois s’est élevée à 20 % au cours des 15 dernières années. Ce développement est dû aux acteurs industriels forts, à une bonne offre de ponts standardisés et à une commercialisation active. Un projet de recherche nordique a permis de lancer le processus de construction de ponts en bois en Suède.
 
Les ponts, aussi bien pour les véhicules lourds que légers, sont principalement fabriqués en bois lamellé-collé. Le prix des ponts en bois lamellé est considéré comme étant très avantageux. Un pont routier d’une longueur de 15 à 20 mètres en bois lamellé-collé est d’environ 20 à 30 % moins cher qu’un pont en béton correspondant. Les frais d’entretien et de maintien des ponts en bois sont moins importants que ceux des ponts construits en d’autres matériaux.
 
Le degré de préfabrication des ponts standardisés est élevé. Le revêtement de surface, l’installation des tuyaux, la fixation des attaches des garde-corps et les préperforations sont effectués en usine. Lorsque le tablier est en bois, on n’a pas besoin de construire ou de démolir des coffrages pour cou-ler le béton, d’installer des barres d’armature ou d’attendre que le béton sèche. Un équipement de levage léger est suffisant. Les travaux de montage peuvent être effectués même dans des lieux diffi-ciles d’accès. La rapidité de la construction diminue les effets nuisibles au trafic. La construction des culées ne gêne pas la circulation.
 
La durée de vie technique des ponts est de 80 ans en Suède. On prévoit une durée de vie beaucoup plus longue pour les ponts en bois. Les dispositions de l’UE interdisent l’emploi de la créosote pour la protection du bois. Cela permet d’utiliser les éléments en bois non traitées, après leur démolition, dans la production de la bioénergie.
La couche d’étanchéité du tablier du pont joue un rôle primordial dans la résistance du bois. Elle est vérifiée tous les six ans. Des contrôles inopinés du couple de serrage des barres d’acier tendues à l’avance sont effectués par la même occasion.
 
Le contrôle des dommages d’humidité s’effectue à vue d’oeil, car les fuites sont facilement détec-tées. Lorsque le bois devient humide, il gonfle. Les rondelles et les écrous s’enfoncent alors dans la structure.
La couche d’étanchéité du tablier est entièrement renouvelée tous les 25 ans. La poutre en bois la-mellé-collé située le plus à l’extérieur et qui fait fonction de couche d’usure de la structure est sou-mise au plus grand effet des intempéries. Elle peut être remplacée au besoin.
 

Photos: Versowood Oy