Les propriétés thermiques du bois

Les propriétés thermiques du bois

La conductivité thermique du bois est relativement faible en raison de la porosité du bois. La conductivité thermique s’affaiblit avec la diminution de la densité du bois. La conductivité thermique du bois est environ deux fois supérieure dans le sens des fibres que perpendiculairement aux fibres. Par exemple, la conductivité thermique du pin dans le sens des fibres est de 0,22 W/moC et celle perpendiculairement aux fibres de 0,14 W/moC. Plus le bois est humide, mieux il conduit la chaleur. Lorsque la température du bois baisse, sa résistance est généralement accrue. La dilation du bois à la chaleur dans les sens des fibres est très faible. Dans les directions radiale et tangentielle, les mouvements thermiques sont nettement supérieurs. Le coefficient de dilatation thermique et le coefficient de retrait dans les différents sens sont de même niveau. Des changements constants de température affaiblissent la résistance du bois. À une température de +0oC, le bois peut présenter des fissures, car l’eau contenue dans les cavités des cellules gonfle en gelant.

La capacité de réserve thermique c.a.d la capacité thermique dépend de la densité, de l’humidité, de la température et du sens des fils du bois. La chaleur spécifique moyenne du pin et du sapin entre +0  et 100oC est de 2300 J/kgoC. L’augmentation de l’humidité améliore la chaleur spécifique du bois, car la chaleur spécifique de l’eau est supérieure à celle du bois. La capacité thermique du bois est pratiquement identique à celle des briques, bien que la densité du bois ne représente qu’un 1/3 de celle de la brique. En raison de sa bonne capacité thermique, un mur en rondin massif suffit comme structure de mur extérieur, bien que comparé à la capacité thermique de la laine minérale sa conductibilité thermique soit environ trois fois supérieure à celle du bois.