Le carbone persiste longtemps dans les structures en bois

Le carbone persiste longtemps dans les structures en bois

Dans la fabrication d’éléments de construction en bois, le carbone présent dans l’arbre est emmagasiné dans les structures qui sont des réservoirs de carbone à long terme. Une maison individuelle moyenne absorbe dans ses structures en bois environ 30 tonnes de dioxyde de carbone provenant de l’atmosphère. Ceci correspond à plus de 10 ans d’émissions de dioxyde de carbone d’un automobiliste moyen. Le carbone reste dans les structures jusqu’à des centaines d’années.

En comparaison, la fabrication de produits bois génère peu de dioxyde de carbone. La quantité de dioxyde de carbone emmagasinée dans le bois est multipliée par rapport aux émissions générées par la fabrication des produits bois. Lorsqu’après leur utilisation, les produits bois sont retransformés en énergie, ils ne libèrent pas plus de dioxyde de carbone qu’ils en ont absorbé pendant la période de croissance de l’arbre.

L’utilisation du bois réduit également les émissions de dioxyde de carbone lorsque les produits bois remplacent certains produits qui génèrent des émissions nocives. Le remplacement de ces produits par le bois a un impact de réduction des émissions encore plus grand que celui d’emmagasiner le carbone. Ceci est dû à la légèreté du bois et au fait que l’on remplace des matériaux qui sont bien plus lourds et qui causent bien plus d’émissions polluantes.

Lorsque l’on construit un mètre carré de mur en bois, il naît environ 52 kilogrammes de réserves de dioxyde de carbone. Si le mur en bois est remplacé par un mur en béton, on évite les 110 kilogrammes de dioxyde de carbone issus de la fabrication du béton.  

Émissions de dioxyde de carbone générées par la fabrication des matériaux de construction (Source : Communiqués environnementaux - Rakennustiedon RT).